A deux jours du premier tour, les dernières études pointent le risque d'une forte abstention. Pour le politologue Roland Cayrol, directeur de recherche au CEVIPOF, cela pourrait changer la donne du scrutin.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.