La succession du marchant d'art a donné lieu à une bataille judiciaire, toujours en cours, entre sa dernière épouse, Sylvia Wildenstein, et les fils de son premier mariage, Alec et Guy Wildenstein.

1 min

Wildenstein - Papier

Le second, Guy, est membre du Premier cercle (les donateurs de l’UMP), représentant de l’UMP aux Etats-Unis, conseiller à l’Assemblée des Français de l’étranger (AFE) pour les Etats-Unis et proche de Nicolas Sarkozy, pour lequel il voue une « réelle admiration » comme il l’explique lui-même dans ce reportage diffusé sur France 24 avant la présidentielle de 2007.

{% video 8c90a8c0-9372-11e0-b8ee-842b2b72cd1d %}L’actuel ministre du Travail,

Eric Woerth n’est pas un inconnu non plus, pour Guy Wildenstein , qu'il croise régulièrement sur les champs de course de Chantilly (ville dont l’ancien trésorier de l’UMP est le maire depuis 1995) où l’écurie Wildenstein est présente. Le 7 janvier 2007, Guy Wildenstein était aux côtés du ministre du Budget (et de Patrick Devedjian) pour accueillir à New-York les soutiens financier du Premier cercle au candidat Sarkozy. L’Institut Wildenstein, rue La Boétie, à Paris, jouxte d'ailleurs le siège de l’UMP. Président de l’American Society of the French Legion of Honor Guy Wildenstein a par ailleurs été élevé au grade de commandeur de la Légion d’Honneur en janvier 2009 (sur le contingent du ministère des affaires étrangères).

Cette bataille judiciaire entre Sylvia Wildenstein et les fils du marchand d’art est susceptible d’embarrasser Eric Woerth. La veuve du collectionneur reproche aux fils Wildenstein de l’avoir lésée, en lui demandant de renoncer à la succession, et d’avoir dissimulé une partie de la fortune familiale (notamment des toiles de maîtres) dans des fonds offshore.Cette fortune est aujourd’hui évaluée à 4 milliards d’euros (contre 42 millions, comme initialement déclarée). Or, alerté à plusieurs reprises en 2009 par l’avocate de Sylvia Wildenstein sur l’utilisation des paradis fiscaux et l’emploi de "trusts" dans la succession Wildenstein, Eric Woerth, alors ministre du Budget, n’a pas réagi.

Finalement, le 22 juillet 2010, à la suite d’une plainte avec constitution de partie civile de la veuve du collectionneur, une information judiciaire pour "abus de confiance" a été ouverte par le parquet de Paris, confiée au juge d’instruction Guillaume Daieff. Une première plainte déposée le 22 juin 2009 auprès du Procureur de la République, Jean-Claude Marin, avait été classée sans suite le 5 juillet dernier.Mais une nouvelle plainte vient d’être déposée par l’avocate de Sylvia Wildenstein , Claude Dumont-Beghi, ouvrant ainsi un nouveau front judiciaire dans l’affaire Wildenstein. Une plainte pour "abus de confiance", "organisation d’insolvabilité", "blanchiment", "recel d’abus de confiance", "recel de blanchiment", "recel de faux et d’usage de faux",

A travers cette nouvelle plainte, ce sont les héritiers directs, c'est-à-dire les fils Wildenstein, qui sont concernés.

Les explications de Me Claude Dumont-Beghi, l'avocate de Sylvia Wildenstein, la veuve du marchand d'art.

59 sec

Wildenstein 1

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.