S'il présente des troubles psychatriques certains, l'état de l'agresseur du contrôleur a été jugé compatible avec une détention provisoire. Les explications du procureur de la République de Besançon Alain Saffar.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.