John Demjanjuk est mort libre !

L’ancien garde SS du camp nazi de Sobibor, en Pologne, est décédé aujourd’hui, à l'âge de 91 ans, dans la maison de retraite de Bavière où il résidait.

En mai dernier, John Demjanjuk a été condamné à cinq ans de prison pour participation au génocide".

Un tribunal de Munich a estimé que cet apatride d'origine ukrainienne a bien été garde au camp de Sobibor, durant six mois en 1943, pendant lesquels près de 27.900 Juifs, essentiellement des Néerlandais, ont été exterminés.

Au cours de ce qui est l'un des derniers procès des crimes nazis, la défense de Demjanjuk a été double: il n'avait pas été garde dans un camp d'extermination, et s'il y était, il n'avait agi que contraint et forcé.

En 18 mois de procès, l'accusé n'a rien dit, suivant la procédure bouche ouverte, le regard caché par des lunettes noires, la casquette de baseball vissée sur la tête, assis dans un fauteuil roulant ou allongé sur un brancard. Il s'est seulement dit par l'intermédiaire de son avocat "torturé" par l'Allemagne.

Après sa condamnation, John Demjanjuk n’est toutefois pas retourné derrière les barreaux. Le tribunal l’a remis en liberté car il a estimé que l’ancien gardien SS ne représentait aucun danger et ne risquait plus de se soustraire à la justice, en raison de son âge et de son statut d'apatride qui l'empêchait de quitter l'Allemagne.

Ce procès hautement médiatique n'était pas le premier pour Demjanjuk.

Il avait déjà eu affaire à la justice en Israël, où il a été condamné à mort en 1988 pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Au cours du procès, d'anciens prisonniers ont reconnu en lui "Ivan le terrible", bourreau du camp d'extermination de Treblinka (Pologne).

Mais le verdict a été cassé en 1993 par la Cour suprême israélienne en raison d'une possible erreur sur l'identité de l'accusé. John Demjanjuk a ainsi été libéré après sept ans de prison et renvoyé aux Etats-Unis, à Cleveland. Il s'est installé dans la banlieue de cette ville de l'Ohio (nord des Etats-Unis) en 1952 et y a élevé trois enfants.

Il est fialement déchu de sa nationalité américaine en 2002 pour avoir menti sur son passé lors de sa demande d'immigration, des informations attestant qu'il a été garde dans un autre camp ayant été révélées

Les Etats-Unis veulent alors l'expulser, mais aucun pays ne veut de lui jusqu'à ce que l'Allemagne décide de le poursuivre. Après une véritable bataille judiciaire, il est donc expulsé en mai 2009 vers Munich où il a vécu après la guerre.

Gémissant dans un fauteuil roulant devant les télévisions américaines lors de son expulsion, John Demjanjuk souffrait de problèmes de santé selon son fils, dont une maladie de la moelle osseuse.

Il a été, par la suite, filmé à son insu marchant, beaucoup plus alerte. Son procès avait été limité à deux audiences de 90 minutes par jour, mais il avait été jugé apte à comparaître.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.