« Devant l’obstination de notre hiérarchie, les recherches continuèrent. A ce stade, Michel Luc avait déjà émis 9 factures (5 à en-tête ‘‘ Luc M. ’’ et 4 à en-tête ‘ ‘Exor.’’) (*)

A la mi-décembre, ces recherches démontraient de nombreuses sociétés écrans, des donneurs d’ordre domicilés en Chine, l’implication de Bertrand Rochette, de Bell, de ‘‘ Shiga ’’ chez Nissan… [Toshiyuki Shiga, directeur général de Nissan]

Toujours courant décembre 2010, Pagnie rencontra 3 fois le Président [Carlos Ghosn, PDG de Renault]. Pagnie revenait toujours très excité de ces rendez-vous (**). Dès l’apparition de l’implication de Nissan, Pagnie nous dit que le Président ne voulait pas que Pelata soit au courant de ‘‘cette branche là’’. »

(*) « Initialement Luc, après avoir prélevé sa commission de 10% devait retirer les liquidités et les remettre à Habib. En 2008, à Bruxelles, Habib Mabrouck (je ne connu son nom de famille qu’en février 2011) me fut présenté par la source comme étant son adjoint. J’avais donné le téléphone de Luc à Habib et le contact s’établit ainsi. Je ne vis Habib qu’une seule fois. Pour moi, Luc avait son compte à Alger (le compte n’apparaissant pas sur la facture.) En fin de compte, le compte se trouvait à Madrid et Luc ne pouvait pas retirer les sommes escomptées sans attirer l’attention dixit d’ »une dame » de la banque. Effectuant de temps en temps de petits virements à Alger à des ressortissants algériens, cela pouvait également attirer l’attention des services de renseignements espagnols. Devant cette impasse, j’ai demandé à Luc de transférer ces fonds sur un compte que j’avais ouvert fin mai 2010 à Lausanne. Ce compte sur lequel j’avais déposé 500 euros devait me servir pour un projet professionnel futur à l’étranger qui devait prendre effet fin 2010-début 2011. Ma famille ainsi qu’une quinzaine de personnes (dont plusieurs au sein de Renault) étaient au courant de ce projet (lors de ma GAV, j’ai fait état de ce compte « inconnu » immédiatement et très spontanément). Dans le même laps de temps, Luc s’engageait à créer une autre société à Dubai (Exor) ou, semble-t-il, les retraits ne poseraient aucun problème. Ensuite, je devais effectuer un voyage à Lausanne en compagnie de la source, fin décembre, pour lui remettre l’argent. Je n’ai jamais sur la somme exacte qui se trouvait sur mon compte. Je n’ai effectué aucune interrogation (certainement vérifiable). J’ai d’initiative donné tous ces détails à la DCRI lors de ma GAV. Je reconnais que ce fut une grossière erreur de ma part, mais j’avais souhaité parer au plus pressé. D’ailleurs, cela n’a servi à rien car la source (ou Habib !) n’avait pu effectuer le voyage en décembre et il était hors de question pour moi de « sortir » personnellement ces liquidités hors de Suisse. »

(**) « En novembre, il a annulé une mission à Moscou et a envoyé à sa place Gilbert Cavagnaro, un autre cadre de la direction. Selon Pagnie, c’était l’affaire la plus importante de sa carrière. Avec Marc, nous nous rendions compte que Pagnie et d’autres (Coudriou, Husson, Reinhart) au ‘‘ 13-15 ’’ (le siège à Boulogne-Billancourt) avaient perdu le sens des réalités et étaient grisés par ces affaires. »

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.