Ca dure depuis l'automne. Avant le premier tour des élections, les cabinets ministériels voient leur personnel quitter le service. Mouvement accéléré par les sondages défavorables. Si la majorité change, plus de 600 personnes chercheraient à se recaser.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.