par Tamim Elyan et Yusri Mohamed

EL ARICH, Egypte, 12 août (Reuters) - L'armée égyptienne a tué dimanche six islamistes débusqués dans une cache de la péninsule du Sinaï proche de la frontière israélienne, a-t-on appris auprès de la sécurité et de témoins.

Un septième activiste, grièvement blessé, a été hospitalisé à EL Arich. Des armes -fusils, lance-roquettes- ainsi qu'un camion et une moto ont été saisis à cette occasion.

Les militaires ont traqué les activistes sur le campement d'Al Goura, à une quinzaine de km de la frontière, dans le cadre de l'offensive ordonnée par le nouveau président Mohamed Morsi contre les responsables de la mort de 16 gardes-frontières il y a une semaine.

La péninsule du Sinaï, vaste étendue désertique d'environ 60.000 km2, est habitée principalement par des tribus bédouines qui se livrent à toute sorte de contrebande avec l'Etat hébreu et la bande de Gaza. Elle est démilitarisée dans le cadre du traité de paix égypto-israélien de 1979.

Par ailleurs, un groupe d'hommes armés a ouvert le feu dimanche matin à un point de contrôle des forces de sécurités égyptiennes, dans le Sinaï près de la frontière avec Israël sans faire de blessés, ont rapporté des responsables égyptiens et internationaux.

Une responsable de la Force multinationale et observateurs au Sinaï (FMO), chargée de protéger un accord datant de 1979 entre Israël et l'Egypte, a nié que ses troupes aient été visées par les tirs, comme cela avait été initialement annoncé par une source égyptienne.

"Nous n'avons pas été visés", a dit Kathleen Riley, représentante au Caire de la FMO. "Il y a eu des tirs à un point de contrôle de l'armée ou de la police égyptienne, pas très loin de nous. Nous avons entendu les coups de feu, mais il n'y a eu absolument aucune attaque contre notre équipe."

Les attaques se multiplient contre les policiers présents dans le Sinaï depuis mercredi.

L'armée égyptienne a dépêché des centaines de soldats et des véhicules blindés dans le nord du Sinaï jeudi pour lutter contre les activistes qui opèrent près de la frontière. Cette offensive aurait fait une vingtaine de morts parmi ceux que les autorités du Caire qualifient de "terroristes".

Vendredi, six personnes ont été arrêtées. Trois d'entre elles ont ensuite été remises en liberté.

Pierre Sérisier, Julien Dury et Jean-Lopup Fiévet pour le service français

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.