Le ministère français de la Défense confirme ce soir la prise de Konna par l'armée malienne.

Cette ville située au nord de Sevare, est considérée comme une localité-clé sur la route menant vers la capitale Bamako. C'est la prise de cette localité par les rebelles qui avait convaincu la France d'intervenir militairement au Mali sans attendre le déploiement de la force ouest-africaine sous mandat de l'Onu.

Les précisions de Géraldine Hallot

En revanche, le ministère français de la Défense assure qu'il n'y avait aucun combat dans la ville de Diabali. Le maire avait déclaré cet après-midi que la ville était contrôlée par l'armée française.

Selon le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, 1.800 soldats français sont à présent déployés au Mali.

La France reçoit des premiers soutiens

Les Etats-Unis annoncent le prêt de moyens matériels, des avions cargos doivent être affrêtés dans les 24 heures. Deux avions de transports allemands acheminent du matériel médical depuis la France vers le Mali. Les premiers soldats nigérians et togolais sont arrivés hier à Bamako, une centaine de militaires venus en soutien aux forces françaises déjà sur place depuis plusieurs jours. Selon la résolution de l'ONU, la Commuanuté des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) doit déployer 3300 hommes d'ici le 26 janvier.

1.400 soldats français engagés au mali
1.400 soldats français engagés au mali © reuters

L'armée tricolore tente ainsi de tenir ses positions dans la région de Ségou. Hier, les militaires ont pris position dans la ville de Konna, étape clé sur la route de Bamako. Des blindés y occupent ce matin tous les axes stratégiques.

L'armée française a actuellement déployé 1.400 soldats sur le sol malien. A terme, ils devraient être 2.500. Paris a aussi renforcé son dispositif aérien avec l'arrivée aujourd'hui de nouveaux hélicoptères Puma et de Mirage 2000.

Les précisions à Bamako de Géraldine Hallot

Vers une guerre d'usure Les forces françaises semblent s'installer dans une guerre d'usure. Mercredi, de nouveaux combats ont eu lieu dans plusieurs quartier de Diabali, dans l'Ouest du pays.

Ecoutez le reportage à Diabali d'Etienne Monin

Et cela inquiète particulièrement les ONG présentent dans le Nord. A Gao, par exemple, les populations manquent de vivre.

Ecoutez le reportage de Sébastien Sabiron

D'autres redoutent avec ce conflit voir "un éclatement de toute l'Afrique de l'Ouest".

Ecoutez les craintes du journaliste malien Moulaye Touhaimi Aidara au micro de Dominique André

L'inquiétude des ressortissants français

La prise d'otage en Somalie inquiète particulièrement les ressortissants français qui vivent au Mali. Hier, la sécurité a été renforcée aux abords de l'ambassade de France. De plus en plus de Français songent désormais à quitter le pays.

Ecoutez le reportage à Bamako de Géraldine Hallot.

Lien dossier Mali
Lien dossier Mali © Radio France
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.