Après le vote de l'assemblée générale de l'ONU en faveur d'un statut d'Etat observateur non membre, l'Assemblée nationale a décidé de transformer le Groupe d'études à vocation internationale sur les Territoires palestiniens en groupe d'amitié France-Palestine. "Certes, c'est symbolique", explique le député PS de l'Isère Michel Issindou, mais il fallait marquer le coup." Le nouveau groupe d'amitié envisage de se rendre en Palestine dans le courant 2013 pour une mission d'études sur le terrain.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.