L’Egypte d’en haut salue la droite française d’en bas. Je ne suis pas sûr de savoir ce qu’est un homme ou une femme de gauche, mais de droite, c’est pas difficile : c’est quelqu’un qui parle des « vrais gens », des « vrais » problèmes de ceux qui se lèvent tôt, de la province contre Paris, de la France d’en bas, de la France qui ne ment pas, des « réalités », qui crache sur le bobo puis dans ses mains pour regarder son chauffeur mettre les siennes dans le moteur, encense les paysans et vitupère les intellectuels, car l’intellectuel, comme le poisson disait Poujade, « pourrit par la tête ». Je ne sais pas si DSK est un homme de gauche, mais Christian Jacob lui, est bien un homme de droite, du genre vieilli en fut de chêne, bien conservé dans la cave entre les moisissures, les toiles d’araignée, la sabre de pépé, le missel de mémé, un hibernatus qui a connu Louis-Philippe, Badinguet, Pétain, Pinay et autres Fillon. Christian Jacob estime que le patron du FMI incarnait plutôt bien les "bobos" et n'est pas à "l'image de la France, l'image de la France rurale, l'image de la France des terroirs et des territoires". Le terroir... Le terroir de Christian Jacob... C’est quoi le « terroir » de Christian Jacob, ex du CNJA, les « jeunes agriculteurs » qui dévastèrent un jour le bureau de Voynet et le maculèrent des slogans les plus odieux que peut recevoir une femme ? La PAC, la politique agricole commune, le fric déversé à tombereaux pour qu’une agriculture industrielle et morbide empoisonne les champs avant d’infecter les assiettes ? L’élevage hors sol des truies en batterie ? Les autoroutes qui quadrillent le « territoire » ? Les moutons qu’on fait cramer vivants quand on s’énerve un peu entre « jeunes agriculteurs » ? Le lisier à la tonne ? La torture des bêtes ? C’est ça le terroir ? La Beauce latérisée, transformée en croute morte abondée d’engrais ? C’est manger du couscous sous une tente invité par Moubarak pendant que des dodues dansent la bourrée, pardon, font la danse du ventre ? C’est oser saluer le courage de Moubarak comme Fillon le notaire ? Saluer le courage d’un type qui a terrorisé son peuple pendant trente cinq ans en lui piquant, patiemment, année après année, deux milliards de dollars par an ? Qu’est ce qu’on peut dire de pire à part : « Je souhaite la victoire de Moubarak et de Ben Ali » ? C’est se pavaner sur le yacht de Bolloré, le « terroir » ? Heureusement notre président a épousé une bonne rustaude aux cuisses épaisses, basse du cul et robuste à la tache, auvergnate comme lui, sinon on aurait pu l’accuser d’avoir marié une « bobo »... Et puis, à la télé, il a causé aux vrais gens du cambouis sur les mains et des poils sous les aisselles et pas aux journalistes bobos... Gaffe, Christian Jacob et les autres, vous allez nous rendre DSK sympathique, comme les Vallat et les Barrès rendirent en leur temps les juifs à la vaisselle d’or, les Blum et les Mendel sympathiques ! C’est qui DSK ? Un cosmopolite ? Un étranger, un « expatrié » comme le laissent entendre d’autres gens de l’UMP ? De l’expatrié à l’apatride, une bribe de génétique que nous ne franchirons pas. Un homme à femmes ? Oui, un homme à femmes indiscret. Dans les manoirs on course la bonniche, mais on ne se fait pas choper. Relisez la fin de Pot-Bouille, les amis, quand la petite bonne accouche seule dans sa soupente tandis que les bourgeois de l’immeuble se gobergent - l’inséminateur en tête - les bourgeois bien du terroir, relisez et savourez le salut du notaire Fillon au dictateur Moubarak. Au moment où s’ouvre le Salon de l’Agriculture, de la Terre, du Sol, du Sol d’en bas, du Terroir, des Territoires, et des vrais gens de la vraie vie les pieds dans la bouse qui en bavent pour nourrir les bobos de la vie frelatée, et qui d’ailleurs sont concurrencés par les Allemands sur la question du saucisson (les Allemands cassent le prix du cochon en ce moment... qu’est ce qu’ils nous auront pas faits, ceux-là !) il est temps de revenir aux vraies valeurs. La terre ne ment pas. L’élevage industriel ne ment pas. Les abbatoirs ne mentent pas. La chasse et la tradition ne mentent pas. La crasse ne ment pas. Grattez un peu... Sous les « vrais gens », les vrais malsains.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.