nouveau redéploiement entre police et gendarmerie
nouveau redéploiement entre police et gendarmerie © reuters

Deux policiers parisiens ont été tués vers 6h ce matin sur le périphérique, percutés par un 4x4 qui roulait à une vitesse folle.

Un troisième policier, grièvement blessé, se trouve dans un état critique. Il a été évacué vers l'hôpital Beaujon. Le chauffard, âgé de 22 ans, n'avait pas de permis, et il avait bu. Il a été placé en garde à vue pour homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique.

Les explications de Franck Cognard, au Palais de Justice de Paris

__

Témoignage de Morad, un chauffeur de taxi qui circulait sur le périphérique à cette heure là. Au micro d'Olivier Boy

Il était 6h sur le périphérique intérieur, quand une patrouille de la BAC a repéré un véhicule qui roulait à vive allure et multipliait les écarts.

Elle s'est achevée entre la porte de Clignancourt et la porte de la Chapelle, dans le nord de Paris, où les fuyards ont percuté par l'arrière une autre voiture de la BAC. Le périphérique a été fermé plusieurs heures.

"Très vive émotion"

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a exprimé sa "très vive émotion". Quant au ministre de l'intérieur Manuel Valls, il s'est rendu au chevet des confrères du policier tué.

Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur

Pour le secrétaire national de l'UMP à la sécurité, Bruno Beschizza, "cette tragédie nous rappelle malheureusement que des malfaiteurs n'hésitent plus à porter atteinte à l'intégrité physique" des forces de l'ordre. Le secrétaire du Front national pour l'Ile-de-France, Wallerand de Saint-Just, a appelé à la "plus grande sévérité pour le tueur de policiers".__

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.