L'ouverture de cette enquête ne devrait pas empêcher Christine Lagarde de poursuivre sa mission à la tête du FMI qui lui a d'ailleurs renouvelé sa confiance, mais on devine une gène au sein l'institution fragilisée par la démission de DSK

Fabienne Sintes

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.