L'Equateur accorde l'asile politique à Julian Assange. Mais pas sûr que le fondateur de WikiLeaks puisse s'envoler vers l'Amérique du Sud. Il s'est réfugié il y a deux mois à l'ambassade d'équateur à Londres, en attendant la décision de Quito sur sa demande d'asile. Mais la Grande-Bretagne, elle, se dit contrainte légalement d'arrêter Julian Assange pour le livrer à la justice suédoise, qui veut l'entendre sur une affaire de viols et d'agressions sexuelles. Julian Assange redoute, à terme, d'être extradé vers les Etats Unis.

Isabelle Cornaz.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.