Hier le président de la BCE Mario Draghi s'est dit prêt à racheter sur la dette des pays en difficulté. Une nouvelle unanimement accueillie, sauf par l'Allemagne... et l'Espagne, dont on attendait pourtant une réaction positive. Marie-Hélène Ballestero.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.