Algues vertes
Algues vertes © mll

Quatre communes des Côtes-d'Armor viennent d'obtenir une victoire devant la justice. La Cour d'appel de Nantes vient de condamner l'État à leur verser près de 123.000 euros, pour compenser le coût provoqué par les envahissantes algues vertes.

122.932 euros : c'est ce que devra débourser l'État pour rembourser le coût des algues vertes. Ces végétaux qui pullulent sur certaines plages de quatre communes des Côtes-d'Armor sont un véritable calvaire pour les habitants. Il faut les ramasser, les enlever, les transporter...

Le chèque devra couvrir toutes ces opérations pour l'année 2010. Le tribunal administratif de Rennes avait lui refusé d'accéder à la demande des communes, qui avaient ensuite fait appel.

Mais pour la cour administrative d'appel de Nantes, il y a bien eu "des carences de l'État" dans le domaine, notamment au vu de la "règlementation européenne et nationale destinée à protéger les eaux de toute pollution d'origine agricole". Et les mesures mises en place depuis 2003 ne sont pas "susceptibles d'atténuer cette responsabilité".

Les explications de Brigitte Hug de France Bleu Armorique.

L'État devra verser 9.930 euros à la commune de Trédurer, 15.742 euros à Trédrez-Locquemeau, 72.074 euros à Plestin-les-Grèves et 25.186 euros à Saint-Michel-en-Grève. Une décision qui en rappelle une autre, datant de 2009. LÉtat avait été là aussi touché au portefeuille, au profit d'associations de défense de l'environnement : jusqu'à 15.000 euros pour compenser sa mauvaise gestion de la prolifération des algues vertes en Bretagne.
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.