C'est une action présentée comme une première en France, une quinzaine de personnes qui se disent victimes de contrôles d'identité au faciès ont assigné l’État en justice. Ils veulent le voir condamné pour pratique discriminatoire.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.