PARIS (Reuters) - Un Français sur deux estime que l'euro a été plutôt une mauvaise chose pour son pays et pour lui-même mais une large majorité souhaite le conserver, selon un sondage Ifop pour le Journal du Dimanche.

Cinquante pour cent des sondés disent que l'euro a été plutôt une mauvaise chose pour la France et 54% plutôt une mauvaise chose pour eux. Ils sont respectivement 35% et 27% à répondre que l'adoption de la monnaie unique a été plutôt une bonne chose, et 15% et 19% ni l'un ni l'autre.

Grief quasi général : la "forte hausse des prix" par laquelle s'est traduit le passage à l'euro, selon 81% des sondés.

Pour autant, 64% des sondés souhaitent que la France conserve l'euro, 36% étant favorables à un retour au franc.

Le sondage a été réalisé les 29 et 30 décembre auprès d'un échantillon de 901 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Jean-Baptiste Vey

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.