Le prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, dont l'application prévue au 1er janvier 2018 avait été reportée par Emmanuel Macron, entrera en vigueur le 1er janvier 2019.

Le prélèvement de l'impôt à la source est reporté d'un an
Le prélèvement de l'impôt à la source est reporté d'un an © Maxppp / Lionel Vadam

Le Premier ministre l'annonce dans une interview au Parisien :"C’est une bonne réforme car elle permet d’ajuster en temps réel la perception de l’impôt à l’évolution de vos revenus. Mais nous allons décaler sa mise en œuvre au 1er janvier 2019", déclare le Premier ministre au quotidien.

Pourquoi ? Les vraies raisons

Le gouvernement doute que le dispositif soit opérationnel dès l'an prochain. Il veut l'expérimenter dans les entreprises volontaires. Les entreprises se sont élevées contre cette mesure qui va leur compliquer la vie puisque ce sera à elles de prélever l'impôt à la source sur le bulletin de salaire.

Et c'est précisément ce qui nous amène à la raison non avouée de ce report : hier le Premier ministre a confirmé que dès le 1er janvier prochain les cotisations chômage et maladie seront supprimées pour les salariés... sauf qu'avec le prélèvement à la source cette mesure deviendrait invisible ou presque pour certains. Il vaut donc mieux reporter le prélèvement à la source !

Comment ?

A Bercy, en tout cas les syndicats - comme les entreprises - sont opposés à la mesure et préconisent de généraliser la mensualisation de l'impôt mais cette réforme a bel et bien été préparée. Elle a un coût 10 millions d'euros de campagne de promotion et 160 millions pour changer l'outil informatique. Alors tout n'est pas perdu puisque la réforme est reportée mais il faudra passer par la loi de finances à l'automne ou par ordonnance pour acter ce report.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.