La patience de Kofi Annan semble atteindre ses limites : après le massacre de Treimsa, qui a fait 150 morts jeudi dans le centre de la Syrie, l'émissaire de la Ligue arabe et des Nations unies réclame des mesures fortes du Conseil de sécurité de l'ONU. Aurélien Colly

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.