La Compagnies des Spectres
La Compagnies des Spectres © Radio France

Il y a plusieurs personnages dans le roman de Lydie Salvayre, "la Compagnie des spectres", dont une mère qui, depuis que les miliciens ont assassiné son frère durant la guerre, est devenue folle. Par exemple, elle insulte l’huissier qui est en train de dresser l’inventaire de ses biens, en le traitant de "Maréchal Putain" ! Au milieu, sa fille, la narratrice, tente de calmer le jeu, en vain.

Et c’est elle, Zabou, qui joue chacun de ces personnages. Extraordinaire, Zabou Breitman, qui ose un pari très difficile! La comédienne et metteur en scène parvient à faire vivre le récit tragi comique de cette mère en souffrance déchainée, à faire entendre la langue de Salvayre. Dans un décor de Jean-Marc Sthélé et sous des lumières d'André Diot, elle dégage l’énergie de cette charge contre la faiblesse des hommes, toujours prompts à suivre l’idéologie dominante et à massacrer sans états d’âme.

Dans les métamorphoses qu’appellent ces changements de rôles, la comédienne est sobre. Il lui suffit de tenir une cigarette pour dessiner le personnage de la mère ou d’inventer une scène imaginaire, comme cette danse improvisée avec la marionnette de Pétain qui s’achève par une scène très drôle, gonflée, même, une scène carrément porno pour traduire l’infamie de la collaboration et même, la manière contemporaine de flirter avec l’extrême droite, sur fond de tango argentin, lui aussi déjanté.

A la française
A la française © Radio France

Faut-il aussi aller voir "A la française", la pièce d'Edouard Baer, au théâtre Marigny?

Pas utile, d'autant que la place la plus chère coûte 63 euros!

Baer, le talentueux, le séduisant, le charmant Edouard Baer, n’a pas travaillé. Il joue ici un metteur en scène à qui le ministère des affaires étrangères a commandé un spectacle sur l'économie française, à l'occasion d'un G20 qui doit se tenir à Paris. Or, la veille, il n'a encore rien fait. Le voilà qui convoque techniciens et copains comédiens pour travailler vite. Or, il n'a rien à dire sur la France, sur l’histoire de France, sur l'actualité, sur ses contemporains. Rien à jouer, rien à donner à jouer. C’est tout au plus un vague sketch pour Canal Plus, mais pas une pièce! Baer est heureux d'être au centre, avec les autres pour faire valoir. Pas de travail, pas d’écriture. Baer est un animateur, pas un auteur, en tout cas, pas cette fois. A l’école, sur sa copie, on noterait : Zéro pointé pour manque de travail et désinvolture.

"La compagnie des Spectres", Gaieté Montparnasse, Paris, 19h.

"A la française", Théâtre Marigny, Paris.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.