Quatre jours après le lancement de l'offensive terrestre de l'armée fidèle à Bachar Al-Assad, on rapporte des témoignages d'exactions dans chaque camp. Plus nombreuses à mesure que les jours passent. La population civile est contrainte à l'exode massif ou prise en otage, condamné à regarder la guerre de leur fenêtre, dans l'angoisse

Etienne Monin

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.