L'armée de l'air belge a entamé vendredi le rapatriement des corps des 22 enfants et six adultes tués dans un accident de car en Suisse dans la nuit de mardi à mercredi.

Des cercueils blancs ont été chargés à bord d'un avion de transport Hercules près de la ville de Sion, non loin du site de l'accident où les policiers continuent à enquêter sur les circonstances du drame.

Le véhicule, qui transportait 52 passagers, s'est écrasé contre le mur d'un tunnel près de Sierre.

Ce vendredi est une journée de deuil national en Belgique à la mémoire des victimes, dont la majorité étaient des enfants d'une douzaine d'années, originaires des villes flamandes de Heverlee et Lommel, de retour d'une classe de neige.

Une minute de silence a été observée à travers le pays à 11h00 locales (10h00 GMT). Les églises et cathédrales ont ensuite fait sonner leurs cloches pendant sept minutes. Les radios ont modifié leur programmation en conséquence.

Les drapeaux sont en berne en Belgique et dans le canton suisse du Valais, où s'est produit l'accident, mais également aux Pays-Bas. Six enfants néerlandais font partie des tués et quatre ont été blessés. Lommel se trouve juste à la frontière belgo-néerlandaise.

AUTOPSIE

Les autorités suisses procèdent aux autopsies des deux conducteurs du car tués dans l'accident.

Yves Mannaerts, directeur de la Fédération belge des exploitants d'autocars et des organisateurs de voyages, a assuré qu'ils étaient suffisamment reposés et qu'aucun n'avait bu.

Il a en outre démenti la rumeur selon laquelle il s'agissait de chauffeurs routiers à la retraite. Ils étaient nés en 1960 et en 1977, a-t-il précisé.

Selon certains organes de presse belges et suisse, qui citent les propos tenus par des enfants à leurs parents, les chauffeurs essayaient d'insérer un DVD dans le lecteur juste avant l'accident, mais Olivier Elsig, procureur du Valais chargé de l'enquête, n'y a pas prêté foi.

Six enfants qui s'en sont sortis avec des blessures légères ont pris le chemin du retour jeudi, selon les autorités. Deux autres devraient prochainement quitter l'hôpital en Suisse. Seize resteront hospitalisés, dont trois dans un état critique.

Jeudi soir, 2.500 personnes ont assisté à une veillée près de l'église Saint-Joseph de Lommel, où résidaient 17 tués - 15 écoliers et deux adultes.

La Belgique n'avait plus connu de deuil national depuis 2004, en mémoire des 24 victimes d'une explosion au gaz près de la ville de Ghislenghien.

Avec Philip Blenkinsop à Bruxelles, Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.