Le pouvoir d'achat en chute libre en 2013
Le pouvoir d'achat en chute libre en 2013 © Radio France / Olivier Bénis

C'est ce qui ressort d'un sondage 60 millions de consommateurs / Mediaprism : huit Français sur dix pensent réduire leurs dépenses en 2013, et s'attendent même à rogner sur l'essentiel.

En 2012, près d'un Français sur deux avait décidé de se serrer la ceinture, alors que le pouvoir d'achat baissait pour la première fois en trente ans. Ils étaient près de 79% à avoir eu l'impression d'une baisse de leurs moyens. Cette fois, 77% des personnes interrogées estiment que leur pouvoir d'achat va encore diminuer en 2013.

Écoutez Laurence Billot David, directrice des études de de l'institut Mediaprism.

Pour les Français interrogés dans ce sondage, la principale cause de cette cure d'austérité personnelle, c'est la hausse des prix de l'énergie (85,6%). Viennent ensuite les prix des produits de grande consommation (72,9%), l'augmentation des impôts et taxes (71,6%), et le carburant (69,5%).

Après le superflu, c'est l'essentiel qui trinque

Des dépenses quasi obligatoires, qui donnent l'impression à beaucoup qu'ils ont "de plus en plus de mal à joindre les deux bouts en fin de mois" (c'est ce qui ressort chez 48,4% des sondés gagnant moins de 1.500 euros).

Plus de quatre sur dix disent avoir carrément "supprimé certaines dépenses et se priver plus qu'avant".

Pour Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs, "l'heure n'est plus aux petits ajustements, elle est aux remises en cause plus drastiques. Les Français ont déjà réduit leurs achats plaisir, leurs dépenses inutiles. En 2013, ils vont resserrer leur ceinture d'un nouveau cran et taper dans l'essentiel".Seules les dépenses d'alimentation (que 50% des Français avaient limitées en 2012), seront un peu plus préservées, selon le sondage. L'association estime que l'affaire de la viande de cheval a "agi comme le signal qu'un plancher avait été atteint" dans la réduction des dépenses... au détriment de la qualité.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.