[scald=220335:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - La CFDT a fait savoir à son tour jeudi qu'elle signerait l'accord de compétitivité proposé par Renault en échange de l'attribution à ses usines françaises de volumes de production supplémentaires.

"Après consultation de nos équipes et vérification juridique de l'accord, nous allons donner un avis favorable", a déclaré au téléphone à Reuters Fred Dijoux, représentant du troisième syndicat du constructeur automobile avec 19,1% des voix.

"Il sera utile à l'entreprise et permettra à l'outil industriel français de concurrencer des usines comme en Espagne ou en Grande-Bretagne", a-t-il ajouté.

La CFE-CGC, principal syndicat de Renault avec 29,7% des voix, et Force Ouvrière (15,6% des voix), ont déjà annoncé leur intention de signer l'accord de compétitivité.

Celui-ci prévoit notamment un allongement du temps de travail et un gel des salaires cette année, en échange du maintien de tous les sites français sur la durée de l'accord, jusqu'en 2016, et l'attribution de volumes de production supplémentaires pour le compte des partenaires de Renault, notamment Nissan.

Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.