Une Tibétaine devant un portrait du Dalaï-Lama
Une Tibétaine devant un portrait du Dalaï-Lama © Reuters / Navesh Chitrakar

Les autorités chinoises ont confisqué 3.000 télévisions dans des monastères de la province occidentale de Qinghai, principalement tibétaine, et démonté des équipements de réception par satellite pour stopper la diffusion d'"informations nuisibles", rapporte jeudi l'agence de presse locale.

Ces mesures ont été mises en oeuvre dans la préfecture de Huangnan, où cinq Tibétains se sont immolés par le feu pour protester contre la présence chinoise au Tibet.

Les autorités locales, précise l'agence de presse du Qinghai, entendent lutter contre ces immolations en "guidant l'opinion publique sur les questions liées au dalaï-lama" et en "bloquant les informations nuisibles en provenance de l'extérieur".

Bataille contre les immolations

"A ce stade critique pour le maintien de la stabilité sociale dans la préfecture de Huangnan (...), il faut renforcer les mesures et mener pleinement la bataille spéciale contre les auto-immolations", poursuit l'agence, contrôlée par le gouvernement du Qinghai.

Joint par téléphone, un responsable du gouvernement du Huangnan a dit tout ignorer de ces confiscations avant de raccrocher. L'agence de presse souligne encore que des habitants de régions rurales utilisaient des paraboles de réception satellite "pour regarder et écouter des émissions étrangères anti-chinoises".

En trois ans, on a compté 95 immolations de Tibétains. Une véritable forme de lutte pour les habitants de ce que la Chine considère officiellement comme une partie de son territoire.

Katia Buffetrille, ethnologue, spécialiste du Tibet.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.