PARIS (Reuters) - La Fédération protestante de France a déploré lundi le manque de lieux de culte évangélique au lendemain de la mort d'une fillette de six ans dans l'effondrement du plancher d'un local abritant une église à Stains (Seine-Saint-Denis).

Deux personnes ont été grièvement blessées lors de l'accident survenu au premier étage du lieu de culte, fréquenté par la communauté haïtienne, où étaient rassemblés plus de 100 fidèles à l'occasion du dimanche de Pâques.

Le pronostic vital de la fillette de 2 ans et de la femme de 42 ans, hospitalisées respectivement à l'hôpital Necker à Paris et à l'hôpital Beaujon de Clichy, restait engagé lundi matin, a-t-on appris auprès de la préfecture de Seine-Saint-Denis.

Une enquête a été ouverte pour "homicides involontaires et blessures involontaires aggravés" et deux personnes, le pasteur de la communauté ainsi que le propriétaire du bâtiment, ont été placées en garde à vue, a-t-on appris de source judiciaire.

L'enquête a été confiée au Service régional de police judiciaire (SRPJ) de Seine-Saint-Denis ainsi qu'à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) à Paris.

La réaction du Pasteur Claude Baty, président de la Fédération protestante de France

Selon le maire PCF de Stains Michel Beaumale, les locaux n'étaient pas faits pour accueillir plusieurs centaines de personnes.

"Ce dramatique accident met en lumière la situation précaire dans laquelle se trouvent de nombreuses communautés protestantes évangéliques pour célébrer leur culte", écrit dans un communiqué la Fédération protestante de France. "Souvent issues de l'immigration, ces Églises ne trouvent pas le soutien dont elles ont besoin".

La FPF indique qu'elle "accompagne déjà plusieurs églises dans leurs efforts pour s'équiper et s'intégrer, mais la demande dépasse ses possibilités d'intervention".

Elle "espère donc que les meilleures solutions soient mises en oeuvre dans un souci de respect de la liberté de culte, de respect des législations en vigueur, et sans esprit de polémique ou d'une quelconque discrimination."

Selon le Conseil national des évangéliques de France (Cnef),

sur les 600.000 protestants pratiquants réguliers en France, 460.000 se réclament du protestantisme évangélique contre 140.000 de la branche luthéro-réformée.

Le nombre de protestants évangéliques a été multiplié par neuf ces 60 dernières années en France, note le Cnef, qui souligne, sur son site internet, "les difficultés rencontrées par les responsables des Eglises issues de l'immigration" pour trouver des locaux adaptés.

Marine Pennetier

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.