L'infante Cristina, fille cadette du roi d'Espagne Juan Carlos, a été inculpée dans le cadre d'une enquête pour détournement de fonds visant son mari

l'infante d'espagne cristina inculpée
l'infante d'espagne cristina inculpée © reuters

La maison royale se dit "surprise" par la mise en cause de la fille du roi. Mais le juge qui a convoqué l’infante Cristina justifie sa décision par le contenu du dossier, et parce que ne pas la convoquer reviendrait à "discréditer la maxime selon laquelle la justice est la même pour tous".

Cette affaire tournait depuis 2011 autour de la famille royale. Depuis que Iñaki Urdangarin, un ancien champion de handball de 45 ans reconverti dans les affaires et mari de l’Infante, a été mis en examen dans une affaire de détournement de plusieurs millions d'euros d'argent public.

Il a toujours répété que ni sa femme ni aucun membre de la famille royale n’était au courant de ses activités, mais son ex-associé a affirmé le contraire et l’Infante va être obligée de s’expliquer dans le bureau du juge Castro le 27 avril. Le magistrat dit posséder des indices qui laissent entendre que l'infante a pu "consentir à ce que son lien de parenté avec le roi Juan Carlos soit utilisé par son mari". Elle sera interrogée sur des détournements d'argent publicet des fraudes fiscales d'un montant de six millions d'euros commis par son mari, Inaki Urdangarin, lorsqu'il dirigeait l'organisation caritative Noos.

Cette mise en cause tombe d’autant plus mal pour la monarchie espagnole, que le crise aidant, les espagnols sont devenus intolérant pour ce qui concerne les frasques de la famille royale et son style de vie dispendieux.

L’affaire Urdangarin ternit depuis plus d'un an l'image de la monarchie et le roi Juan Carlos lui-même a été au centre d’un scandale, au printemps 2012, lors qu’a été découverte la très coûteuse partie de chasse que le roi s’était offert au Botswana. Le souverain avait dû présenter des excuses au pays qui ne semble pas lui avoir pardonné.

Les précisions à Madrid de Marie-Hélène Ballestero

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.