La crise touche tous les secteurs d'activités, même le tourisme religieux. Les sanctuaires de Lourdes connaissent actuellement de grosses difficultés financières. Un million d'euros de déficit en 2011. L'équation est simple : la maitrise des dépenses ne parvient pas à compenser la chute des dons. A Lourdes on raisonne comme une entreprise et on commence à évoquer l'idée d'une réduction des effectifs qui pourrait s'apparenter à un plan social.Stéphane Iglesis

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.