Angela Merkel, la chancelière allemande, convertie semble-t-il à la nécessité d'ajouter des mesures pour la croissance aux politiques de rigueur. Et elle n'est pas la seule. A quelques semaines du sommet européen programmé fin juin, de plus en plus de voix s'élèvent au sein de l'Union pour remettre la croissance au centre des priorités.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.