Des officiers toulousains affirment avoir prévenu la DCRI dès juin 2011 de la dangerosité de Mohamed Merah, et proposé de judiciariser le dossier. La direction centrale n’aurait jamais répondu. La réaction d’Albert Chenouf, père de l’une des victimes.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.