PAU, Pyrénées-Atlantiques, 6 septembre - La cour d'appel de Pau a mis mardi en délibéré sa décision sur la remise en liberté de Nicolas Bonnemaison, un urgentiste de Bayonne soupçonné d'avoir provoqué la mort d'au moins quatre patientes en fin de vie.

Le parquet de Bayonne avait fait appel de la décision d'un juge de remettre en liberté le médecin de 50 ans, mis en examen en août dernier pour "empoisonnement sur personnes particulièrement vulnérables".

Jean-Yves Saint-Céran, édité par Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.