La « démondialisation » Enfin ! Après la mondialisation « heureuse » et les bienfaits du libre échange on commence à se demander s’il ne fait pas essayer de survivre... Peugeot va fermer les usines d’Aulnay et d’Hordain. 6200 emplois évacués de France, dans le 93, un département chaud. 1° remarque : la mondialisation crée de la violence sociale. Pourquoi Peugeot fait ça ? et pourquoi ne le ferait-il pas ? Renault, où l’Etat conserve une grosse participation conduit par l’abominable autant que nullard Goshn le fait depuis longtemps. Peugeot fera assembler ses voitures au Maroc ou en Europe de l’Est. Peugeot a pris la « prime à la casse », plus les subventions diverses. Quelques centaines de millions de subventions. Il utilise l’argent des contribuables, des mecs qu’il va virer, pour les virer. Et il dit même pas merci. Qui est encore pour la mondialisation ? Les doctrinaires libéraux, ceux qui pensent que le fric ne sert qu’à faire plus de fric, si possible en cassant du social ou en détruisant l’environnement. Depuis longtemps les économistes savent que le commerce international « libre » est une bêtise. Krugman, Stiglitz, et même le vieux Samuelson ! paix à ses cendres libérales, l’ancien théoricien du commerce international, savent bien que triomphent dans le commerce mondial les nations qui ne sont pas libérales. En France restent Alain Minc le ravi, et Daniel Cohen... Incroyable. Dans une itw à Alter Eco, il dit ce sophisme (Daniel, ô Daniel !!!) : les pertes d’emplois sont dues à 15% à la mondialisation et à 85% aux gains de productivité... Daniel... T’as pas honte ? Tu sais pas que les gains de productivité sont réinvestis soit en hausse de salaires, soit en investissements purs, soit en dividendes ? Que la période la plus forte de gains de productivité où les salaires flambaient et le chômage était nul était celle des Trente Glorieuses ? Daniel ! En vérité seules les nations anti libérales tirent leur épingle du jeu. La Chine par exemple. Totalement autoritaire sur les questions de change et les marchés publics, copiant et copiant à tire-larigot, impressionnante dans son utilisation des avantages comparatifs de l’exploitation de la main d’œuvre, impressionnante dans sa capture de matières premières en Afrique. L’Afrique, subsaharienne ah ! Voilà un bel exemple de mondialisation heureuse, elle croît de 6% cette année, et de 7% l’année prochaine. Sauf que cette « croissance » est un effet d’optique, du à la hausse du prix des matières premières. Exit l’Afrique et ses merveilleux bidonvilles et son territoire ravagé. L’Allemagne, tout de même, vous pouvez pas nier que l’Allemagne... Rien. L’Allemagne bénéficie de la force de l’euro, qui devrait s’appeler le mark, elle fait assembler hors zone euro et vend à la France et aux « pigs », Portugal, Italie, Grèce, « Spain », ces braves cochons qui la font vivre tout de même... Elle perdu en niveau de vie de sa population de quoi payer ses merveilleuses exportations, qui demain, seront entièrement réalisées par la Chine. Qu’est ce qu’elle croit, l’Allemagne, que les Chinois sont pas capables de faire de la conception ? de faire de la machine outil ? Elle enrichit ses firmes et appauvrit les Allemands. Quel succès ! cela dit, ses patrons sont moins nuls que les notres, c’est vrai, c’est pas difficile, comparez Renault et Volkswagen. Et c’est pas tout. La mondialisation détruit l’environnement. Complètement. La encore, père Cohen me fait bien rigoler... Il croit à la « gouvernance mondiale »... Mais tu plaisantes Daniel... La gouvernance mondiale c’est une guerre économique terrible que se mènent les nations, où nous sommes les pauvres nègres avec des sagaïes qui se battent contre des fusils. Car la mondialisation a exacerbé les nationalismes, ça encore c’est une belle découverte qui n’a pas fini de nous étonner. C’est pas le protectionnisme qui met Le Pen en tête des sondages, c’est Alain Minc.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.