Selon une étude britannique parue dans la revue Science, les personnes dépendantes à la drogue présenteraient des anomalies héréditaires dans certaines parties du cerveau qui affecteraient le contrôle de leurs pulsions.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.