Les proches de Guy-André Kieffer, ce journaliste enlevé à Abidjan le 16 avril 2004, viennent d’écrire à François Hollande, en lui demandant de mettre la pression sur les autorités ivoiriennes afin de connaître toute la vérité sur cette disparition. « Nous apprenons que la France vient d’octroyer au gouvernement de la Côte d’Ivoire une aide de 630 millions d’euros sur trois ans, dans le cadre d’un contrat de désendettement/développement et que le premier versement de cette aide permettra la mise en œuvre de projets identifiés notamment dans le domaine de la justice », écrit la famille de Guy-André Kieffer à François Hollande. « Nous tenons à vous rappeler que tous les efforts engagés depuis cette date par la justice française sous la conduite du juge d’instruction Patrick Ramaël n’ont encore pas permis d’élucider les mystères qui entourent cette tragique affaire ni de savoir ce qu’est devenu Guy-André Kieffer, malgré les engagements pris à cet égard par les Présidents Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, poursuivent les proches du journaliste. Ne serait-il pas possible de rappeler aux plus hautes autorités ivoiriennes, à l’occasion de la mise œuvre de ce contrat, l’impérieuse nécessité de mener à leurs termes les investigations judiciaires afin d’identifier les commanditaires de l’enlèvement de Guy-André Kieffer, de les traduire en justice et d’obtenir des informations sur le lieu où se trouve notre parent ? » François Hollande a reçu hier soir à l’Elysée le président ivoirien, Alassane Ouattara, également président en exercice de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Au centre de leur discussion : le projet d’intervention militaire au Mali. La vérité judiciaire dans l’affaire Guy-André Kieffer pâtira-t-elle des enjeux diplomatiques ?

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.