Mouammar Kadhafi a dirigé la Libye pendant près de 42 ans. Cette période s'est refermée le 20 octobre avec sa mort à Syrte, dans des circonstances encore mal définies. Le premier ministre libyen Mahmoud Djibril a confirmé la disparition de l'ancien Guide. Il doit maintenant donner une conférence de presse pour marquer la fin du pouvoir personnel en Lybie. Le gouvernement libyen a prévu de transporter la dépouille à Misrata.

Introuvable depuis la chute de Tripoli, le 20 août, Kadhafi était donc revenu dans sa ville natale, avec plusieurs de ses fils et de ses ministres. Alors que les troupes du CNT progressaient dans les derniers réduits de Syrte, un convoi de 80 véhicules a tenté une sortie. Cette colonne, où se trouvait Mouammar Kadhafi, a été rejointe et "arrêtée" par des avions de l'Otan, dont au moins un Mirage 2000 français, a précisé Gérard Longuet, le ministre de la Défense. Une fois immobilisés, les véhicules ont été pris pour cible par un détachement de troupes du CNT. Les affrontements au sol qui ont suivi sont une "affaire libyenne", a insisté le ministre.

Incertitude sur les circonstances

Les forces du Conseil national de transition ont dans un premier temps annoncé l'arrestion de Kadhafi vivant, mais blessé aux deux jambes. Une heure plus tard, le même responsable militaire évoquait la mort de l'ancien dirigeant.

Des militaires du CNT racontent avoir assisté à l'arrestation du Guide déchu, dans Syrte. Mais était-il blessé à ce moment-là ? est-il mort sur place ou dans une ambulance ? Aucune information vérifiée ne permet pour l'instant de répondre à ces questions.

Le récit de Bruno Cadène, envoyé spécial permanent de France Inter au Maghreb.

__ _La dépouille de Mouammar Kadhafi a été exposée à Misrata, ville martyr de la révolte_
_Liesse populaire à Tripoli. Le reportage de Sébastien Laugénie_
_L'heure est à la transition politique. Et la France a une forte carte à jouer, selon Jean-Yves Moisseron, rédacteur en chef de la revue Magrheb Machreck_
barre blanche
barre blanche © Radio France
### Soulagement international A Tunis, à Paris, des Libyens en exil ont fêté la disparition du dictateur, leur "cauchemar". De nombreux gouvernements ont aussi salué la fin définitive de son règne. _Paroles de Lybiens, recueillies par Géraldine Hallot_
_Alain Juppé, le ministre des Affaires étrangères, envisage maintenant la construction d'une Libye libre._
_Quel avenir pour les révolutions arabes ? Le décryptage de Christian Chesnot_
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.