Le départ, prévu hier, a été repoussé à la fin de semaine à cause du sabotage d’un bateau. Mais 300 militants, personnalités et journalistes sont déjà Athènes dans l’attente de l'embarquement de la deuxième "flottille de la liberté".

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.