Il y a toujours autant de bébés en France mais en raison d'une mortalité plus forte, la population a moins augmenté en 2012 que les années précédentes.

Selon l'Insee, la population résidant en France, hors Mayotte, est en hausse de 0,47 % entre le 1er janvier 2012 et le 1er janvier 2013.

La plus faible croissance enregistrée depuis dix ans

Le nombre de naissances a un petit peu diminué avec 2,01 enfants par femmes, mais s'est stabilisé à 822.000, contre 571.000 décès en 2012 (545.100 en 2011). Cette forte mortalité s'explique par l'arrivée à des âges élevés de générations nombreuses, mais aussi par une vague de froid exceptionnelle en début d'année et plusieurs épidémies de grippe.

Les précisions de Régis Lachaud

L'espérance de vie stagne pour les hommes (78,4 ans) et recule même pour les femmes (84,8 ans). Le solde migratoire est positif mais faible, +54.000 personnes.

La France en deuxième position au sein de l'Union européenne

Avec 65,8 millions d'habitants au 1er janvier 2013, la France concentre 13% de la population de l'Union européenne. Nous sommes deuxième derrière l'Allemagne (16,2% de la population de l'UE) mais devant le Royaume-Uni et l'Italie. Au sein de l'Union, la France arrive également en seconde position en terme de fécondité, derrière l'Irlande, qui affiche un taux de natalité de 2,05 enfants par femme.

Autre fait notable, après une baisse constante ces dix dernières années, le nombre de mariages a légèrement augmenté en 2012 en France.

L'âge moyen à l'accouchement a continué d'augmenter pour atteindre 30,1 ans.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.