Le porte-avions Charles-de-Gaulle
Le porte-avions Charles-de-Gaulle © Marine Nationale

Une nouvelle étape est franchie dans la lutte contre les terroristes du groupe État Islamique. La France engage le porte-avions Charles-de-Gaulle dans les opérations de la coalition internationale, en Irak. La mission doit durer cinq mois.

L’opération française est baptisée Chammal. Depuis ce lundi, le porte-avions Charles-de-Gaulle est posté dans le Golfe, à 200 kilomètres au Nord de Bahreïn, en direction de l’Irak. Les premiers Rafale ont décollé, ce lundi matin . Le porte-avions a quitté Toulon, le 13 janvier. L’opération doit durer 5 mois.

Dans le cadre de la coalition internationale

La France ne s’engage pas seule, en Irak. Elle intègre, ainsi, la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis. Un autre porte-avions, l’USS Carl Vinson, est posté dans le Golfe, avec le Charles-de-Gaulle. L’objectif de cette opération est de ralentir la progression du groupe État Islamique (EI). Les frappes aériennes visent, en priorité, les dépôts d’armes et de munitions, les véhicules et les puits de pétrole.

Doublement du dispositif

Un Rafale, sur le porte-avions Charles-de-Gaulle
Un Rafale, sur le porte-avions Charles-de-Gaulle © Vanessa Descouraux

Avec 21 avions de chasse à son bord, le Charles-de-Gaulle vient doubler le dispositif français, dans la région. Depuis 5 mois, les Rafale et les Mirage ont effectué une centaine de missions de frappes, en Irak. 2 000 soldats sont en place sur le porte-avions . Si l’on compte les militaires présents sur le sous-marin nucléaire d’attaque, sur la frégate de défense anti-aérienne, et sur le pétrolier ravitailleur, ce chiffre monte à 3 500.

L'opération Chammal, par Vanessa Descouraux.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.