PARIS (Reuters) - Les pays occidentaux sont en train de renégocier une résolution au Conseil de sécurité de l'Onu pour faire céder la Russie dans le dossier syrien, a déclaré mercredi le ministre des Affaires étrangères Alain Juppé.

"Nous avons déjà fait pression sur la Russie. Nous continuons en soutenant la seule initiative qui peut permettre de sortir de la crise, celle de la Ligue arabe", a déclaré le chef de la diplomatie française sur France Info.

"L'idée que j'avais lancée il y a quelques jours de corridors humanitaires permettant aux ONG d'atteindre des zones qui font l'objet de massacres scandaleux devrait être reprise au Conseil de sécurité."

La Russie et la Chine ont opposé leur veto à une récente résolution du Conseil de sécurité de l'Onu soutenant un plan de la Ligue arabe prévoyant la mise à l'écart du président syrien Bachar al Assad.

"Nous aurons demain (jeudi) un vote à l'Assemblée générale qui sera symbolique mais si nous avons plus de 130 ou 140 pays au monde qui disent 'stop le massacre, ça suffit, il faut maintenant appliquer le plan de la Ligue arabe', je pense que ce symbole aura de la force", a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs à nouveau plaidé pour l'instauration de corridors humanitaires.

"Le risque de guerre civile est très élevé. Il faut soutenir l'opposition. Il faut protéger les populations", a-t-il insisté.

La France a décidé mardi de créer un fonds d'urgence humanitaire pour la Syrie, doté d'un montant initial d'un million d'euros.

Parallèlement, Paris rejoint ses partenaires des Nations unies afin d'étudier toutes les options mises sur la table par la Ligue arabe, y compris celle de l'envoi de casques bleus.

Marine Pennetier

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.