[scald=59379:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Après le retrait du conflit de deux syndicats minoritaires, Air France a estimé lundi que le mouvement des hôtesses et stewards prévu pour durer jusqu'à mercredi inclus était en train de "s'essouffler", avec des perturbations limitées sur l'ensemble de son réseau.

La CFDT et la CFTC, qui avaient rallié le mouvement mercredi dernier, ont signé lundi un accord avec la direction, qui reprend le texte qui avait été proposé le 25 octobre aux organisations syndicales, et s'engage à associer les syndicats, même minoritaires, à la gestion des emplois sur trois ans.

L'Unsa-PNC, le SNPNC-FO, Sud Aérien et la CGT maintiennent quant à eux leur appel à la grève. Ils estiment que, selon les vols, 70 à près de 85% des personnels navigants participent au mouvement de grève.

L'Unac, premier syndicat des personnels navigants avec environ 26% des voix, avait pour sa part levé son préavis de grève mardi dernier, après avoir signé un accord avec la direction d'Air France.

La décision de la CFDT et de la CFTC a été saluée par la compagnie aérienne.

"C'est bien la preuve (...) que la porte du dialogue n'est certainement pas fermée avec la direction d'Air France", a dit à Reuters Jean-Charles Trehan, directeur des relations presse, qui précise que les deux syndicats ont été reçus par la direction pendant le week-end, à leur demande.

"AUCUNE ANNULATION À CHAUD"

Les personnels navigants n'étant pas obligés de prévenir la compagnie de leur intention de faire grève, des retards et annulations de dernière minute peuvent intervenir au cours du mouvement, prévient Air France. Mais la compagnie estime que la situation est "sous contrôle".

"(Nous ne constatons) aucune annulation à chaud (...) aujourd'hui, ni à Charles-de-Gaulle ni à Orly, et (nous constatons) une ponctualité en hausse", dit Jean-Charles Trehan.

La compagnie prévoyait d'assurer au moins 85% de ses vols lundi et déclare avoir réalisé 87% de ses vols samedi, et 88% dimanche.

En cas de vol annulé ou retardé de plus de cinq heures, le client peut se faire rembourser son billet, "à l'exception des frais de service", précise la compagnie.

La compagnie précise qu'elle sera "encore plus mobilisée" mardi, jour de retour du week-end prolongé de la Toussaint.

Les revendications des grévistes portent principalement sur la réduction du personnel de vol sur les long, moyen et court-courriers, et les conditions de travail.

La compagnie, qui estime avoir répondu aux principales revendications des syndicats à l'issue de négociations portant notamment sur les effectifs, dit ne pas comprendre les raisons du mouvement de grève.

Dimanche, le ministre du Travail Xavier Bertrand a dit comprendre l'exaspération des passagers et a évoqué la possibilité d'instaurer un service minimum dans les transports aériens.

Chine Labbé, édité par Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.