[scald=58997:sdl_editor_representation]PARIS (Reuters) - Air France a prévu dimanche d'assurer huit vols sur dix, au deuxième jour d'un mouvement de grève qui se renforce, selon les syndicats.

La compagnie assure que 80% des vols seront maintenus, le même taux que lors du premier jour, samedi, d'une grève des hôtesses et stewards prévue pour durer jusqu'à mercredi inclus.

Pour Sud Aérien, cependant, le mouvement est largement suivi et "s'est même renforcé" dimanche.

"La grève est massive parce que le mécontentement est massif", dit le syndicat dans un communiqué.

Nathalie Kosciusko-Morizet a reproché dimanche aux grévistes d'Air France d'avoir choisi le mauvais moment pour exprimer leurs revendications et de menacer la compétitivité de la compagnie.

"Le droit de grève est un droit constitutionnel mais le week-end où les familles se réunissent parce que c'est la Toussaint, ce n'est pas le meilleur moment, et ce n'est pas le meilleur moyen de rendre un mouvement sympathique", a déclaré la ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement sur Europe 1.

"Air France est dans une situation délicate. Une compagnie aérienne est mortelle, il y en a qui ont disparu (...) La compétitivité d'une entreprise, c'est un vrai enjeu et ça doit intéresser tout le monde", a-t-elle ajouté.

BAPTÊME DU FEU

Neuf vols long-courrier pourraient être annulés dimanche, notamment vers l'Amérique du Nord, Tokyo et Abu Dhabi, et quatre lundi, annonce Air France, qui n'exclut pas des annulations et des retards de dernière minute.

En cas de vol annulé ou retardé de plus de cinq heures, le client peut se faire rembourser son billet, "à l'exception des frais de service", précise la compagnie.

Les revendications des grévistes, soutenus par l'Unsa-PNC, le SNPNC-FO, Sud Aérien, la CGT, la CFDT et la CFTC, portent sur la réduction du personnel de vol sur les long-courriers et les conditions de travail.

Cette grève est un baptême du feu pour Alexandre de Juniac, qui a succédé la semaine dernière à Pierre-Henri Gourgeon au poste de directeur général d'Air-France-KLM.

L'ex-directeur de cabinet de l'ancienne ministre de l'Economie Christine Lagarde a aussi été nommé au poste nouvellement créé de P-DG de la compagnie nationale Air France.

Jean-Cyril Spinetta a retrouvé pour sa part son fauteuil de P-DG d'Air-France-KLM.

Le groupe franco-néerlandais est la première compagnie aérienne européenne en termes de chiffre d'affaires. L'Etat français détient 15,7% du capital et les salariés, 9,8%.

Au même moment, de l'autre côté de la planète, la flotte de la compagnie australienne Qantas est clouée au sol depuis samedi en raison d'un conflit social.

Qantas, confronté à de lourdes difficultés, avait annoncé en août son intention de supprimer un millier d'emplois et de créer deux nouvelles compagnies desservant l'Asie dans le cadre d'une vaste restructuration.

Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.