Le mouvement de grève chez les internes et les chirugiens se poursuit aujourd'hui. Ils s'opposent à l'encadrement des dépassements d'honoraire et réclament de meilleures conditions de travail. Mais ce mouvement ne fait pas l'unanimité au sein de la profession. Plusieurs médecins hospitaliers dénoncent un mouvement corporatiste. Le professeur Jean-Paul Vernant répond à Danielle Messager.

Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.