Suivre les attaques du régime de Bachar Al-Assad en direct, c'est possible. Des insurgés syriens ont créé un compte sur le site suédois de diffusion de vidéos sur téléphone portable Bambuser. Ils ont installé des téléphones sur les toits de Homs pour montrer les atrocités qu'ils subissent tous les jours depuis plusieurs mois.

Bambuser
Bambuser © Radio France

Le compte bambuser s'appelle Homslive. Son propriétaire a posté un téléphone portable sur les toits de Homs et filme en temps réel les bombardements au-dessus de sa ville. 99 lives ont été postés depuis le 16 août 2011 sur le compte Homslive. Une fois la diffusion stoppée, les vidéos sont enregistrées et restent en ligne. Pendant toute la durée de la diffusion, les spectateurs échangent dans un chat dédié. Dans la vidéo du 11 juin diffusée à 14H23, l'utilisateur APtelevision news, le service vidéo de l'agence de presse américaine AP, envoie par exemple un message à Homslive :

Please don't take any risks to keep the signal up

Autrement dit, "s'il vous plaît, ne prenez aucun risque pour continuer à diffuser les images". Dans un autre extrait, cette fois filmé le 10 juin à 9h30, Abdulwadud Louws demande dans quelle partie de Homs, la vidéo est filmée. Quelques secondes plus tard, Medab, qui s'occupe de traduire en anglais certaines informations envoyées en arabe répond "dans le quartier d'Al - Khaledieh". Sur une vidéo du 14 juin à 4h20, à la minute 11.01, l'utilisateur trixie79 affirme :

What the hell was that i have never seen a explosion that big before

soit, "quel enfer, je n'ai jamais vu une explosion aussi forte avant". Depuis le début du printemps arabe en décembre 2010 en Tunisie et même de l'été perse en juin 2009 en Iran, la question de la véracité de ces images se posent. Bien entendu, rien ne prouve formellement que ces images sont prise en temps réel sur les toits de Homs. Pourtant, la défiance du régime syrien à l'égard du site Bambuser renforce l'idée que les témoins digitaux exercent une influence sur la prise de conscience internationale des massacres perpétrés en Syrie. Fin février, le créateur du site Hans Eriksson a signalé la fermeture de l'accès à son site en Syrie affirmant que "l'application Bambuser pour téléphones portables sur le 3G syrien avaient été bloqués". C'est une preuve de la puissance de ces témoignages vidéo en temps réel.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.