PARIS (Reuters) - L'augmentation du salaire minimum à 1.700 euros brut par mois pour 35 heures, prévue dans le programme du candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon, divise fortement les Français, selon un sondage CSA à paraître mardi dans L'Humanité.

Selon cette étude, 43% des personnes interrogées estiment que cette augmentation de 20% du salaire minimum est justifiée, contre 42% qui pensent au contraire qu'elle ne l'est pas. Quinze pour cent des personnes sondées ne se prononcent pas.

Chez les sympathisants du MoDem, de droite et du FN, la part des personnes qui estiment que cette mesure n'est pas justifiée grimpe respectivement à 67%, 69% et 53%.

A l'inverse, cette mesure est soutenue par 95% des sympathisants du Front de gauche.

L'électorat potentiel du candidat socialiste François Hollande apparaît circonspect sur la question (55%) tandis qu'une grande majorité de l'électorat de Jean-Luc Mélenchon semble convaincue (84%). Les électeurs de Nicolas Sarkozy sont quant à eux beaucoup moins favorables à cette mesure (16%).

Le sondage a été réalisé par internet du 2 au 5 avril auprès d'un échantillon national représentatif de 975 personnes âgées de 18 ans et plus, constitué d'après la méthode des quotas.

Marine Pennetier

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.