Le parquet de Paris vient d'ouvrir une enquête préliminaire dans l'affaire du scandale sexuel présumé à la RATP. La régie des transports parisiens et le syndicat sud de la RATP avaient tous les deux saisi la justice après avoir reçu une lettre anonyme en juin dernier.Dans ce courrier, le corbeau dénonce les agissements d'un ancien leader syndical de la régie, surnommé "le roi" ou "le dictateur". Il demandait des faveurs sexuelles ou de l'argent aux salariés, en échange de promotions. Deux femmes ont également porté plainte.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.