J’ai alerté le MEDEF sur certaines dérives… Cela a été interprété comme une accusation.

Pour Gabriel Paillereau, les ennuis ont commencé avec l’envoi, le 18 mai 2009, d’une lettre à Jean-René Buisson, le représentant de la Commission « Protection sociale » du MEDEF , chargé de la négociation sur la réforme de la santé au travail. Président de l’association nationale des industries alimentaires (ANIA), Jean-René Buisson, a quitté le MEDEF en décembre dernier. Il n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Dans ce courrier, Gabriel Paillereau met notamment en cause « le comportement de l’actuel président de l’AMST [NDR : Henry Mathon, représentant du MEDEF au Conseil de la Caisse primaire d’assurance maladie de Haute-Garonne, directeur-général de la mutuelles Prévifrance] » qui à ses yeux «risque d’être très préjudiciable, en termes de crédibilité et d’image » au MEDEF.

Il s’interroge également sur une éventuelle OPA du monde des assurances sur la santé au travail, citant « Guillaume Sarkozy [NDR : frère de Nicolas Sarkozy], délégué général du groupe Médéric-Malakoff », qui ne cache pas son intérêt pour le sujet.

Gabriel Paillereau met les pieds dans le plat dans les termes suivants : « On est en droit de s’interroger sur l’existence, dès à présent, d’un possible conflit d’intérêt lié à l’exercice simultané de la responsabilité de directeur général d’une société mutualiste qui aurait pour objectif de développer son activité dans le champ de la santé au travail et celle de président d’un service de santé au Travail. »

> Lire des extraits de la lettre de Gabriel Paillereau adressée au MEDEF

Ecoutez les explications de Gabriel Paillereau pour qui cette lettre à provoqué sa chute à la tête du CISME.

Gabriel Paillereau

Lecture

Voir un article du 14 janvier 2009 publié sur le site de l’Usine nouvelle évoquant Guillaume Sarkozy, le monde de l’assurance et de la santé.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.