Deux jours après les violences à Paris et l'acte 3 de la mobilisation des "gilets jaunes", la presse étrangère s'intéresse, elle aussi, à ce phénomène dont l'ampleur semble désormais inédite. Plusieurs titres de presse évoquent du jamais vu depuis la révolte de Mai-68.

Le visage de Marianne vandalisé dans l'Arc de Triomphe, lors des émeutes du 1er-Décembre
Le visage de Marianne vandalisé dans l'Arc de Triomphe, lors des émeutes du 1er-Décembre © Maxppp / Etienne Laurent

États-Unis

Le New York Times tente de comprendre les racines de la colère, et lui consacre un reportage sur le terrain : "Les gilets jaunes se révoltent à Paris, mais leur colère est ancrée plus profondément en France". C’est à Guéret, dans la Creuse, que le prestigieux quotidien américain interroge Florian, caddie presque vide à la sortie d’un supermarché discount, qui explique que son salaire et celui de sa femme sont généralement dilapidés dix jours avant la fin du mois. Samedi, Florian a parcouru les 330 km qui le séparaient de Paris pour rejoindre le cœur des manifestations dans la capitale. Le journal décrit le quotidien de ces Français, comme Joël qui, les soirs de froid, “brûle du bois qu’il a lui-même coupé parce qu’il ne peut pas se payer le chauffage au gaz”. Élodie, une mère de quatre enfants : “Heureusement, nous avons quelques animaux à la maison - des poulets, des canards. On les garde pour les fins de mois. _Ça paraît brutal, mais ma priorité, c’est mes enfants_.” Le New York Times analyse : "Ce n’est pas de la grande pauvreté, mais un malaise omniprésent dans les petites villes et villages, ce qui commence à être connu comme “l’autre France”, loin des boulevards chics de Paris."

Sur le même angle, le Washington Post, lui, constate à Besançon : "C'est dans les plus petites villes comme celles-ci que la colère est le plus profondément ressentie. Ici, les gens dépendent de leur voiture, et sont particulièrement touchés par l'augmentation du prix de l'essence", rappelant que "la France a plus de voitures diesel que n'importe quel autre pays européen". Marco, un quinquagénaire bisontin, synthétise le propos : "Demandez à un Parisien, pour lui, ce n'est pas un problème, puisqu'il n'a pas besoin de voiture !"

De son côté, le Financial Times affiche, en Une, le du tag "Les gilets jaunes triompheront", inscrit à la bombe noire sur l'Arc de Triomphe samedi. "La France titube alors que les émeutes sèment la crise pour Macron", titre le journal. 

Le Financial Times du 3 décembre 2018
Le Financial Times du 3 décembre 2018 / FT

Canada

"L'oeil du cyclone" et le visage de Marianne défigurée à l'Arc de Triomphe : le quotidien canadien The Globe and Mail consacre une large partie de sa Une au mouvement des "gilets jaunes", et se penche sur les réunions à venir entre Édouard Philippe, les représentants des manifestants, et les partis politiques. Selon le journal, "Macron lutte pour reprendre le contrôle après les pires émeutes qu'a connu le pays depuis des dizaines d'années", évoquant un seuil de violence jamais atteint depuis Mai-68.

"L'oeil du cyclone", la Une du Globe and Mail
"L'oeil du cyclone", la Une du Globe and Mail / The Globe and Mail

Espagne

Bien que largement occupée par les élections de la veille qui ont vu, pour la première fois depuis Franco, le retour de l'extrême-droite en Andalousie, le quotidien national El Pais consacre tout de même une petite partie de sa Une aux "chalecos amarillos"

"Le mouvement a mis en évidence le manque de réaction et la réponse minimale d'Emmanuel Macron", écrit le journal, en faisant le tour des exigences politiques des opposants : Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen qui demandent à dissoudre l'Assemblée Nationale, ou encore Laurent Wauquiez qui exige l'organisation d'un référendum sur le programme écologique et fiscal d'Emmanuel Macron. 

Grèce

Le quotidien Efsyn dédie sa Une aux "gilets jaunes", avec une large photo des manifestants devant l'Arc de Triomphe, l'un d'eux agitant un drapeau tricolore, assortie du titre "Décembre jaune secoue Macron". Le journal grec explique que le dialogue va être entamé, après la "poussée violente et sans précédent des manifestants contre la politique néolibérale de Macron".

Le grec Efsyn dédie une double-page aux "gilets jaunes"
Le grec Efsyn dédie une double-page aux "gilets jaunes" / Efsyn

Suisse

La Tribune de Genève aborde elle aussi la thématique des “gilets jaunes”, vu de chez elle : “Des gilets jaunes devant l’ONU à Genève pour dénoncer les violences policières”, titre le quotidien, qui consacre également son édito au mouvement. Intitulé "L'agonie en jaune de la Vème République", il explique que nos institutions telles que nous les connaissons commencent à battre de l'aile. “Elles furent taillées sur mesure par un chef d’État exceptionnel, le général de Gaulle, afin de répondre à une situation exceptionnelle, la décolonisation."

À l’époque, cette concentration des pouvoirs dans les mains du président de la République semblait indispensable. (...) Soixante ans plus tard, cette omnipotence est devenue créatrice d’impotence - La Tribune de Genève

L’éditorialiste Jean-Noël Cuénod pointe du doigt “l’infantilisation” des Français, et leur impossibilité de s’exprimer ailleurs que dans les urnes une fois tous les cinq ans, et de fait “réduits au ressentiment chronique envers leur chef d’État”.

Royaume-Uni

Le Times consacre un dossier de trois pages aux gilets jaunes, et titre en Une "Macron demande de nouvelles mesures policières après le saccage de Paris". Le quotidien britannique se penche sur le manque de moyens et d'organisation des forces de l'ordre. Citant Michel Delpuech, le préfet de police de Paris : "_Il a expliqué que la gendarmerie mobile et les CRS avaient été dépassés_, caillassés par des projectiles et notamment des marteaux, lancés par des hommes d'une trentaine ou d'une quarantaine d'années."

La Une du Times ce 3 décembre 2018
La Une du Times ce 3 décembre 2018 / The Times

Ailleurs dans le monde

En Italie, La Reppublica consacre une colonne de sa Une au mouvement : "Le chauchemar jaune et la fragilité de Macron", peut-on lire, expliquant que trois quarts des Français continuent d'approuver le mouvement des "gilets jaunes".

Au Brésil, le quotidien O Globo évoque lui aussi la situation du chef d'État : "Macron essaie de dialoguer avec les manifestants", en référence aux rendez-vous qu'Édouard Philippe doit organiser avec les représentants du mouvement.

En Argentine, pays organisateur du dernier G20 auquel Emmanuel Macron vient de participer, La Nacion consacre une page aux "gilets jaunes" : "Macron tente d'endiguer le conflit".

La Une du quotidien argentin La Nacion
La Une du quotidien argentin La Nacion / La Nacion
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.