Les forces de police souhaitaient prendre le tueur présumé vivant pour pouvoir l'interroger et le juger. Les précisions de Franck Cognard

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.