ziad takieddine à nouveau mis en examen
ziad takieddine à nouveau mis en examen © reuters

Non, il n'a toujours pas de preuves. Mais Ziad Takieddine l'affirme : il peut en avoir. Cet épisode ressemble furieusement aux précédents, et jusqu'ici leur succession n'a pas franchement amélioré la crédibilité de l'intermédiaire controversé.

C'est le Parisien qui révèle aujourd'hui ce nouveau rebondissement. Le quotidien affirme que le 19 décembre dernier, Ziad Takieddine a été interrogé à sa demande par le juge Van Ruymbeke, sur le financement illicite de la campagne d'Edouard Balladur en 1995.

Au cours de l'interrogatoire, Ziad Takieddine passe à un tout autre sujet : "Je peux vous fournir les éléments existants sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy" , affirme-t-il. Des éléments qui seraient, selon lui, entre les mains du dernier Premier ministre de Kadhafi, récemment livré aux autorités libyennes. "Il est prêt à vous les fournir" , promet Ziad Takieddine, qui se dit "écoeuré par la corruption généralisée en France" . "Oui, la Libye a financé Sarkozy et Guéant" , martelle l'homme d'affaires. Les preuves ? Il affirme les avoir vues et savoir où elles se trouvent. Mais pour ce qui est de les fournir à la justice... Il hésite encore.

Crédible ou non ? Difficile à dire quand on connait le personnage, Sara Ghibaudo.

Évidemment, les principaux intéressés nient en bloc. En premier lieu Claude Guéant, l'ancien secrétaire général de l'Élysée, directement visé par les accusations de Takieddine depuis plusieurs mois déjà.

Contacté par Nasser Madji, Claude Guéant parle "d'affabulations graves".

Le parquet de Paris, contacté par le juge Van Ruymbeke (qui s'occupe uniquement de l'affaire Karachi), devrait ouvrir une enquête prochainement suite aux déclarations de Ziad Takieddine.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.