[scald=109469:sdl_editor_representation]PARIS/TOULOUSE (Reuters) - Les enquêteurs suivent toujours la piste d'un possible troisième homme voire d'autres complices dans l'enquête sur les tueries de Toulouse et Montauban, a-t-on appris jeudi de source proche de l'enquête.

Les policiers privilégient toujours l'hypothèse selon laquelle Mohamed Merah ne faisait pas partie d'un réseau structuré mais pensent qu'il a pu être aidé sur le plan local par des amis ou des relations.

L'audition d'Abdelkader Merah, le frère aîné de l'auteur des tueries mis en examen et incarcéré dimanche pour complicité d'assassinats, a renforcé l'idée qu'une autre personne avait participé au vol du scooter utilisé par Mohamed Merah lors des meurtres.

Abdelkader Merah a en effet reconnu s'être trouvé sur les lieux et a laissé entendre que l'auteur du vol n'était pas Mohamed Merah mais, peut-être, une autre personne, dit-on de même source.

Depuis, les enquêteurs passent au crible toutes les relations du jeune homme, d'autant qu'ils cherchent à savoir qui a posté la copie de la vidéo des assassinats envoyée à la chaîne qatarie Al Djazira, qui a répondu aux appels du gouvernement et des familles à ne pas la diffuser.

Le cachet de la poste, qui date du mercredi 21 mars, ne permet pas de dire avec certitude d'où l'enveloppe a été postée car il s'agit de celui de Castelnau-d'Estréfonds, un centre de tri pour toute la région.

Mohamed Merah, 23 ans, avait été placé dès mardi sous surveillance, avant que l'unité d'élite du Raid ne fasse le siège de son appartement dans la nuit, ce qui laisse penser qu'une autre personne a pu poster le colis mardi ou mercredi matin.

Une Clio blanche immatriculée dans la Haute-Garonne contenant un casque et un carénage susceptible d'être celui du scooter utilisé par le tueur a été retrouvée mercredi dans un village de l'Aude, selon France 3 et le Midi-Libre.

Le véhicule aurait été volé à Toulouse alors qu'il était garé près du domicile de l'auteur des tueries.

Mais pour le moment, les enquêteurs à Toulouse ne confirment pas que les gendarmes aient retrouvé dans la voiture un carénage de scooter T-Max et un casque sombre, ni qu'il s'agisse bien de la Clio utilisée par Mohamed Merah.

Gérard Bon, avec Nicolas Bertin et Guillaume Serries à Toulouse, édité par Patrick Vignal

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.